Acquisition d’un tableau d’Emile Baumes par Les Amis de Pézenas

Pour compléter la collection des oeuvres, les Amis de Pézenas ont acquis le 26 février 2021 le tableau d’Emile-Marie Beaume

« Femmes au repos sur une felouque ».

 

emile-beaume-femmes-au-repos
« Les Amis de Pézenas ont donc acquis pour 1.500 € le tableau d’Emile-Marie Beaume « Femmes au repos sur une felouque ». Merci à Aymeric Hahn pour ses conseils, à Dominique Lemaître-Mory pour le suivi de la vente et à M le Maire, Armand Rivière  pour nous avoir signalé la vente de cette toile. Cette acquisition a été rendue possible grâce aux dons de nos adhérents en 2020 (Myriam Sirventon) »
Biographie de Emile Marie Beaume ( 1888-1967 )
Peintre, lithographe et graveur français, Emile-Marie Beaume naît à Pézenas en 1888. Son père, Georges Beaume, est romancier et critique d’art. Emile-Marie Beaume étudie aux Beaux-Arts de Paris dans les ateliers des peintres Fernand Cormon, François Flameng et Adolphe Déchenauld. Dessinateur talentueux, l’artiste est affecté au service cartographie de l’armée lorsque la guerre éclate en 1914. Il y réalise des plans et des relevés topographiques.
En 1917, Beaume est mobilisé au Maroc par l’armée française. Ce voyage va profondément influencer son travail. Il réalise de nombreuses scènes de rue, des paysages et des portraits. L’artiste puise également son inspiration dans les récits historiques orientaux et dans le recueil des Mille et Une Nuits. Ainsi, dans cette scène issue de « l’Histoire du Second Calender », le peintre met en valeur son goût pour la mise en scène historique et son sens du détail.
En 1921, Beaume reçoit le Premier Grand Prix de Rome pour une huile sur toile intitulée « Ensevelissement de Saint Antoine ». L’artiste devient par la suite un maître reconnu de la décoration murale et de l’art de la fresque, réalisant de nombreuses commandes monumentales pour des hôtels particuliers, casinos et bâtiments publics. De 1927 à 1932, il est professeur de dessin à la Manufacture nationale des Gobelins.  Beaume poursuit ses voyages en Afrique du Nord et dans l’Empire colonial français. Lors de l’Exposition Coloniale de Paris en 1931, il décore une partie du Pavillon de Madagascar. En 1937, ses panneaux représentant des scènes d’Afrique du Nord sont à l’Exposition Internationale. Lauréat en 1937 du Prix de l’Afrique Equatoriale Française, il voyage en Oubangui-Chari, au Tchad et au Congo Belge.Après la seconde guerre mondiale, l’artiste se consacre à la décoration de palais des grandes familles marocaines et éthiopiennes. Certaines de ses œuvres sont conservées au musée de Pézenas, l’artiste ayant fait don de son atelier à sa ville natale.

Poster une réponse :

*



*

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs marqués * sont requis*